En préambule

Issue des procès

Le 19 décembre 2017, la Cour d’Appel  de Paris confirmait partiellement le jugement de première instance des prud’hommes, à savoir l’existence d’un lien de subordination entre les 21 plaignants et l’OCC.  Elle a ainsi condamné l’Office Culturel de Cluny et l’Association Patrimoine et Développement  à verser aux  21 plaignants des dommages et intérêts  à titre de  réparation du préjudice résultant de la perte de chance de percevoir une retraite.

Les deux associations ont pris acte de ces jugements, ne souhaitant pas prolonger encore un procès qui se base sur un mode de fonctionnement propre aux années 80, et qui n’a plus cours depuis près de 20 ans dans nos différentes  entités culturelles.

Dans le cadre de ce procès, des témoignages à charge contre Olivier Fenoy, fondateur de l’Office de Cluny, ont été apportés, révélant des pratiques et comportements non conformes aux choix de vie choisis par les signataires de ce site.

Ceux-ci ont été  profondément troublés et attristés par ces révélations. Ils veulent ici témoigner leur solidarité à ceux qui ont été blessés durablement.

Dès réception de ces témoignages, Olivier Fenoy a démissionné des différentes responsabilités qu’il exerçait encore.

Des contre-vérités qui nous révoltent

Dans le site les années blanches.fr, il ne nous est pas possible de laisser dire  « j’ai entendu affirmer des horreurs à propos des juifs et de la Shoah », d’accepter que soit insinuée une quelconque attitude révisionniste chez l’un ou l’autre. Ceci est en contradiction absolue avec les valeurs que nous défendons et avec l’histoire de l’Office Culturel de Cluny.

Rappelons qu’entre autres personnalités de confession juive avec lesquelles nous  collaborons depuis toujours, André Chouraqui, ancien vice-maire de Jérusalem, a été tout au long de sa vie un ami fidèle d’Olivier Fenoy et un soutien de l’Office Culturel de Cluny.

Il a été membre du comité de parrainage du congrès de l’association « Et si la Beauté pouvait changer le monde ? ». En 2004, c’est François Fejtö, historien juif hongrois de renom, qui est venu présider l’inauguration « La maison du Visiteur » à Vézelay, au nom de son illustre ami qui ne pouvait plus se déplacer.

De même, nous ne pouvons laisser dire que la vision culturelle développée dans notre travail « s’enracine dans un fond national-catholique ».

Les rédacteurs du site les années blanches.fr savent pertinemment, pour en avoir cent fois discuté (jusqu’à satiété si l’on en croit certains témoignages de leur site) que l’Office Culturel de Cluny s’est inspiré de la vision personnaliste du philosophe Emmanuel Mounier, qui fut l’un des pères spirituels de l’Europe et un précurseur du dialogue entre communautés.

Ils savent aussi que la spiritualité de l’unité développée par Chiara Lubich et le mouvement international des Foccolari est un autre de nos piliers.